Image default
Divers

FNE formation

FNE formation
Rate this post

La FNE continue à soutenir les entreprises pour faire de cet outil un élément crucial pour les aider à surmonter les conséquences de la crise sanitaire. Il s’agit de programmes de formation conçus par le FNE à partir d’une analyse du marché du travail.

Ces programmes peuvent également être initiés à la demande d’un employeur au profit d’un demandeur d’emploi qui a besoin d’une formation complémentaire pour son recrutement. Ces formations sont de courte durée.

Comment obtenir un financement du FNE ?

Pour être éligibles, un acte de formation doit être organisé sous la forme stages structurés centrés sur un véritable développement des compétences. L’entreprise doit approcher son objectif de formation avant de déposer sa demande de financement afin de valider l’éligibilité des formations envisagées.

Quelles entreprises sont éligibles ?

Le dispositif est ouvert à tous les secteurs : entreprises en activité partielle (droit commun ou long terme) ; entreprises en difficulté au sens du Code du travail (sauf en cas de cessation d’activité) Sont considérées comme entreprises en difficulté celles qui connaissent : Des difficultés économiques caractérisées soit par la variation importante d’au moins un indicateur économique tel qu’un ralentissement des commandes ou une baisse du revenu, des pertes d’exploitation ou une dégradation du résultat ou de l’excédent brut d’exploitation, soit par un autre facteur susceptible de justifier ces difficultés. Plus d’infos ici https://cnfse.fr/tout-sur-le-fne-formation/

Une baisse significative des commandes ou des ventes est constituée lorsque la durée de cette baisse est, par rapport à une période équivalente de l’année précédente, au minimum adéquate à : Un trimestre pour une société ne comptant que onze salariés ; Deux trimestres consécutifs pour une société comptant au moins onze salariés et moins de cinquante salariés ; trois trimestre de suite pour une société comptant un minimum de 50 salariés et moins de 300 salariés ; 4 trimestres consécutifs pour une société comptant 300 salariés ou plus ; Une mutation technologique ; Une restructuration de l’entreprise primordiale à la sauvegarde de sa compétitivité.

 Pour quelles formations ?

Les formations doivent être organisées sous la forme d’un parcours comprenant, outre les sessions de formation, le positionnement pédagogique, l’évaluation et donc l’accompagnement de celui qui suit la formation et permettant d’adapter le contenu et donc les modalités de la formation. Le stage doit répondre principalement aux objectifs énumérés au sein des deuxième et troisième alinéas de l’article L. 6321-1 du Code du travail. Le programme pédagogique doit avoir une durée maximale de 12 mois. Le stage peut mobiliser plusieurs solutions pédagogiques (présentiel, enseignement à distance, formation en milieu professionnel, etc.) Les cours peuvent prendre différentes formes : Un parcours de reconversion permettant à un salarié de varier les emplois (au sein d’une entreprise équivalente) ; Un parcours de certification donnant accès à un diplôme, un titre à savoir, un certificat de qualification professionnelle, des compétences de base (CléA) et pouvant, le cas échéant, intégrer la VAE ; Un parcours de compétences spécifiques au contexte Covid-19, qui doit permettre à l’entreprise d’accompagner les changements variés nécessaires à sa pérennité et à son développement (nouveaux modes d’organisation et de management : accroissement du travail collaboratif, travail à distance, etc. ) ; Un cours pour anticiper les changements à thème stratégique pour le monde et pour accompagner les salariés indispensables au développement de leurs compétences et à leur appropriation des outils et méthodes de travail dans le cas des transitions numériques et écologiques, des nouveaux marchés et des nouveaux produits, des nouveaux procédés de fabrication, des nouvelles techniques de marketing et des nouveaux services, etc… Il n’est pas question de durée minimale. La formation doit permettre au travailleur de développer ses compétences et de renforcer son employabilité, quel que soit le domaine concerné.

Quels sont les salariés éligibles ?

Tous les salariés d’AP / APLD ou hors activité partielle sont éligibles, à l’exception des salariés en contrat d’apprentissage, en contrat de professionnalisation, et des personnes qui vont quitter l’entreprise dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi ou d’un accord de négociation, que d’autres mesures existent. Il n’y a pas de condition concernant l’étendue du diplôme ou la catégorie socioprofessionnelle du salarié formé.

Related posts

Respirez une odeur fraîche et agréable grâce à votre chien

Franck

Les boites de rangement : trouvez le contenant idéal pour chaque type d’objet

sophie

Trouver la bonne planche à découper pour votre cuisine

Laurent